Les Chiens de garde #24 – Journalistes sous écoute, le respect de la vie privée des applications de messagerie et le Conseil de la magistrature et la protection de documents confidentiels

La 24e émission des Chiens de garde, le podcast de Crypto.Québec sur la sécurité, la vie privée et la surveillance, est en ligne. L’épisode a été enregistré le lundi 31 octobre 2016.


Type de fichier : OGG / MP3 – Taille : 63,75MB – Durée : 37:21 m (239 kbps 44100 Hz)

Notes de l’émission

Collaborateurs

Les Chiens de garde #10 – Le rôle des médias sociaux dans les coups d’état, des noeuds espions sur Tor et AirBNBreach

La dixième émission des Chiens de garde, le podcast de Crypto.Québec sur la sécurité, la vie privée et la surveillance, est en ligne. L’épisode a été enregistré le lundi 18 juillet 2016.


Type de fichier : OGG / MP3 – Taille : 32,85MB – Durée : 30:01 m (153 kbps 44100 Hz)

Notes de l’émission

Arrêtés pour avoir utilisé des logiciels de cryptage

Trois journalistes couvrant le conflit armé au Kurdistan pour VICE ont été arrêtés par les autorités turques à Diyarbakir pour avoir utilisé un logiciel de cryptage dans l’exercice de leurs fonctions. Les accusations? “Avoir délibérément aidé une organisation terroriste”, rien de moins, sous prétexte que l’État islamique utilise aussi ces logiciels… Al-Jazeera:

Two UK journalists, Jake Hanrahan and Philip Pendlebury, along with their Turkey-based Iraqi fixer and a driver, were arrested in front of their hotel in the province Diyarbakir on Thursday after filming clashes between security forces and youth members of the outlawed and armed Kurdistan Workers’ Party (PKK). […]

The Turkish official, who spoke on condition of anonymity, told Al Jazeera: “The main issue seems to be that the fixer uses a complex encryption system on his personal computer that a lot of ISIL militants also utilise for strategic communications.”

Évidemment, plein de gens utilisent ces logiciels, qu’ils soient basés sur OpenPGP, Tor, TAILS ou autre. On parle ici non seulement de journalistes désirant protéger leurs sources, mais de dissidents politiques œuvrant à l’intérieur d’États répressifs, de lanceurs d’alertes travaillant à l’intérieur de larges corporations, d’enquêteurs et de policiers effectuant des opérations undercover et ainsi de suite.

La diabolisation de la cryptographie ne date pas d’hier mais bat son plein présentement, comme Ars Technica l’a récemment démontré dans un article, particulièrement en Grande-Bretagne, ou David Cameron a juré qu’il n’y aurait pas d’espace exclus de la surveillance étatique anglaise.