Un projet de loi pour protéger les “whistleblowers” québécois

Initiative intéressante de la députée solidaire Manon Massé qui déposait hier un projet de loi qui a pour but d’encadrer et de protéger légalement les lanceurs d’alertes désirant dénoncer des agissements ou des situations irrégulières dans le milieu privé:

Il prévoit la création d’un poste de Commissaire à l’intégrité. Cette instance aurait des pouvoirs d’enquête et pourrait permettre aux dénonciateurs d’être soutenus et conseillés dès le départ, postule-t-on.

Tout le poids de la dénonciation ne reposerait donc pas sur les seules épaules des dénonciateurs, explique un interlocuteur du Soleil. Grâce à ce commissaire, les témoins d’irrégularités pourraient compter sur «un accompagnement juridique».

Contrairement à tous les projets dont il a été question ces dernières années, celui de Québec solidaire a l’ambition de protéger les dénonciateurs oeuvrant dans le secteur privé.